Qui suis-je pour ? Ou l’importance de se réapproprier son vécu !

Qui suis-je pour ? Ah, cette fameuse question qui revient régulièrement lorsqu’on est entrepreneur ! Qui suis-je pour donner un conseil à mes clients, qui suis-je pour prendre la parole sur les réseaux sociaux, qui suis-je pour me positionner en tant qu’expert ? Autant de questions qui peuvent nous faire tourner en rond et nous empêcher de passer à l’action !

Je crois que je pourrais écrire une thèse sur le sujet ( !), sur ce qui se cache derrière cette question au final, très profonde. Comme j’ai envie de vous donner des clés pour avancer et pour vous aider à communiquer, je vais plutôt explorer les différentes composantes de l’entrepreneur qui me semblent être un début de réponse.

Quand le doute s’immisce…

Quand on accompagne ses premiers clients, qu’on décroche une nouvelle mission, qu’on écrit son premier post ou son premier article de blog, on a beau être lancé dans l’entrepreneuriat, on peut se mettre à douter de soi, de ses compétences, de sa capacité à répondre à une problématique, jusqu’à parfois même se demander si on a bien fait de choisir cette voie (oui, parfois, on part loin dans notre délire !!)

question qui suis-je pour

C’est là qu’entre en jeu le fameux syndrôme de l’imposteur et la grande question existentielle « Qui suis-je pour ? »

Ce questionnement sur la légitimité me semble empreint d’une dualité :

  • d’un côté, on peut avoir peur de se mettre en avant, de s’imposer, de « délivrer sa science »,
  • de l’autre, on a surtout peur de ne pas être à la hauteur, de se tromper, de se ridiculiser…

On est alors capable de remettre en doute tout ce sur quoi on pouvait s’appuyer jusqu’à maintenant et surtout d’occulter ce qui fait notre richesse, notre force et même notre différence.

Pouvoir compter sur son expérience professionnelle

Les diplômes, les formations, les compétences issues de notre expérience professionnelle sont en général le premier socle sur lequel on peut s’appuyer pour se sentir légitime. Eh oui, le fameux papier tamponné qui nous dit qu’on est certifié, diplômé, on l’a et on y tient ! Normal, il porte la trace de ce dans quoi on s’est investi pour progresser, s’améliorer, évoluer.

Quand on est passé par l’entreprise avant de se lancer dans l’entrepreneuriat, les retours des collègues, des managers ou du dirigeant, on les a entendus. Ils sont comme des preuves de ce que l’on a été capable de réaliser. On peut s’appuyer dessus, il y aura même des gens pour témoigner et nous recommander.

Même si parfois (ou souvent ?), on se demande si on sera capable de re déployer dans un autre environnement ce qu’on a appris ou ce que l’on a déjà expérimenté ailleurs, on sait, au fond, qu’on peut compter sur cette expérience professionnelle.

Elle était inscrite sur notre cv, elle figure aujourd’hui sur notre profil LinkedIn, sur notre site Internet, on peut citer des exemples lors d’une rencontre avec un nouveau client ou dans un post sur les réseaux sociaux. Elle est fondée et justifiée.

tampon qui légitime l'entrepreneur

Faire de son vécu une force entrepreneuriale

Mais ce qu’on a vécu émotionnellement dans sa vie professionnelle ou dans sa vie personnelle, est-ce que ça compte ? Quelle est la valeur de notre parcours de vie ? Souvent la question se pose parce qu’être entrepreneur, ce n’est pas seulement vendre des prestations mais c’est aussi « se vendre ». Derrière la vitrine de notre activité se cache (et c’est d’ailleurs dommage qu’elle se cache !) toujours une personne riche de son parcours et qui en est là justement parce qu’elle a vécu un certain nombre de choses.

Je trouve que beaucoup d’entrepreneurs ne mesurent pas la richesse de leur vécu alors qu’il est souvent à la source de leur envie d’entreprendre :

  • parce que leur dernière expérience professionnelle ne s’est pas toujours bien terminée (et oui, on ne compte plus le nombre d’épuisements professionnels qui ont conduit à l’entrepreneuriat !),
  • parce qu’ils ont appris tous seuls, sur le tas (et être autodidacte, ce n’est pas toujours facile à assumer),
  • parce qu’ils sont curieux et aiment explorer des univers qui leur semblent parfois tellement différents (alors comment réunifier toutes ses facettes pour parler de soi ?).
le vécu de l'entrepreneur est entre ses mains

Et pourtant, c’est justement parce que ces entrepreneurs ont vécu de l’intérieur des situations pas toujours faciles, qu’ils sont à même de comprendre ceux qu’ils accompagnent. C’est parce qu’ils ont une capacité innée à intégrer des informations, qu’ils vont pouvoir les retranscrire pour les autres avec facilité. C’est parce qu’ils sont capables de faire des liens inhabituels entre des gens et des situations, qu’ils vont proposer LA prestation qui correspond.

Et pour ça, il n’y a pas de tampon « vécu et approuvé » !

Alors comment faire avec ce parcours de vie qui peut sembler parfois sinueux, incohérent ou douloureux ? Un parcours et des expériences que l’on peut même parfois rejeter alors que c’est justement là que se situe notre richesse et notre différence !  Je pense qu’il faut prendre le temps de le poser, de le revisiter, d’en parler. C’est, il me semble, un excellent moyen de se le réapproprier et pour certains de se réconcilier avec lui.

Combien d’entrepreneurs se rendent compte qu’ils sont finalement revenus à « ce dont ils rêvaient quand ils étaient petits » ou à ce qu’ « ils ont toujours senti au fond d’eux sans jamais se l’avouer » !

Et si notre personnalité faisait aussi la différence ?

Punchy, sensible, posé, dans l’action…, nous n’avons pas tous besoin des mêmes personnes pour nous accompagner là où nous avons envie d’aller. Alors pourquoi ne pas miser sur ce que l’on est, sur l’énergie que l’on dégage pour se connecter aux clients qui ont besoin de nous ?

Si ce que l’on a appris durant son parcours professionnel, ce que l’on a compris au cours de ses expériences personnelles sont des socles sur lesquels s’appuyer, puisons aussi dans notre personnalité pour nous différencier. Certes, nous ne capterons pas tout le monde mais nous nous connecterons à ceux qui sentent que nous sommes la bonne personne au moment où elles ont besoin.

Cela demande de croire en soi, d’assumer qui l’on est donc de se connaître aussi bien dans ses facettes lumineuses que dans ses recoins plus sombres. Encore une fois, il est nécessaire de prendre le temps de se poser pour se regarder.

Juste se voir soi, sans se comparer, sans se critiquer. Poser un regard doux et bienveillant sur soi pour se reconnecter à ce qui fait notre force. Sans oublier ses points de vigilance bien sûr ! Quand on est au clair avec soi, on est au clair avec les autres et avec ce que l’on propose.

se regarder dans un miroir comme une fleur

Alors « qui suis-je pour parler de moi et communiquer sur mon entreprise ? »

Si cette question revient souvent vous titiller et qu’elle vous bloque dans certaines actions, je vous invite à repenser à ces trois composantes qui me semblent être un socle fondamental sur lequel tout entrepreneur peut s’appuyer :

  • votre expérience professionnelle,
  • votre vécu,
  • votre personnalité.
poser ses fondamentaux d'entrepreneur pour être légitime

C’est bien cet ensemble qui donne de la valeur à ce que vous proposez aujourd’hui. L’important c’est de le ressentir, d’être au clair avec « vos fondamentaux », qu’ils soient bien ancrés pour que vous puissiez vous appuyer dessus sans douter, ni vaciller en permanence.

Quand j’accompagne un entrepreneur qui a du mal à se lancer dans sa communication, je revisite justement « ses fondamentaux » avec lui. Une fois posés et clarifiés, il est beaucoup plus facile de trouver son fil conducteur et de le déployer dans ses contenus. C’est tout ce cheminement que j’adore accompagner !

Si vous avez envie que je vous accompagne pour « poser vos fondamentaux  » et trouver les bons mots pour parler de vous, je vous invite à consulter mon offre Personal Branding et à me contacter.

Exercice d’écriture : je me lance pour les vacances !

Vous rêvez d’écrire ? Vous avez tout ce qu’il faut : cahier, crayons… il ne manque plus que votre imagination ! Mais voilà, devant votre feuille blanche, pas évident de poser le premier mot, d’écrire la première phrase.

Pour vous aider à faire un premier pas, je vous propose un petit exercice d’écriture ludique. Par expérience, je trouve que c’est plus facile de se lancer avec une consigne. Mais libre à vous de la respecter ou pas.

Quelques recommandations pour écrire :

  • installez-vous confortablement dans un endroit calme,
  • fermez les yeux, respirez et soyez attentif à ce qui se passe en vous,
  • laissez-vous porter par les mots et les images sans jugement, sans a priori.

Cet exercice est pour vous, c’est votre moment, il vous appartient ! Faites-vous plaisir !

Vous pouvez aussi choisir de faire l’exercice à plusieurs ou avec des enfants dont l’imagination est souvent beaucoup moins bridée que la nôtre. A moins que vous ne vous reconnectiez à votre âme d’enfant !

Je vous préviens juste d’une chose : on ne sait jamais où les mots peuvent nous mener 😉

Un petit exercice d’écriture ludique

Voici 3 photos prises à Nantes et sur l’île de Hoëdic (oui, elles sont roses, je n’ai pas pu m’en empêcher 😋).

A vous de raconter une petite histoire à partir de ces images en utilisant les débuts de phrases suivantes :

  • Un jour, j’ai vu…
  • Je n’aurais jamais pensé que…
  • Et si…

exercice écriture Maud'Com
flamand roses exercice écriture Maud'Com
exercice écriture vacances fontaine rose

Libérez votre plume et passez de belles vacances !

Oui, mais moi… les réseaux sociaux, ça me stresse !

Publier des posts régulièrement sur Facebook ou LinkedIn, vous aimeriez pouvoir le faire. Commenter un post et exprimer votre avis sur un sujet qui vous tient à cœur, ça vous tente bien aussi. Mais voilà, à chaque fois que vous en avez l’occasion, vous hésitez, vous vous demandez quel intérêt cela va avoir, si vous allez réellement apporter quelque chose ou pire, si vous n’allez pas déclencher une polémique qui deviendra incontrôlable (oui, parfois nos peurs nous font un peu partir en délire ;-)) Résultat, vous ne touchez à rien tellement ça vous stresse… pourtant, on vous a dit que c’était important pour développer votre activité.

Rassurez-vous, quand on se lance dans l’entrepreneuriat, les réseaux sociaux font souvent cet effet-là ! L’objectif de cet article est de dédramatiser votre prise de parole digitale et de vous donner quelques conseils pour oser passer à l’action.

Les réseaux sociaux, une mise à nu pour l’entrepreneur 

Devenir entrepreneur, clairement, implique de s’exposer. A la différence d’un salarié qui pourrait plus facilement « se cacher » derrière la marque ou l’activité de son entreprise (et encore, ça se discute de plus en plus !), l’indépendant parle de lui. Qu’il présente ses produits, sa méthode, son parcours, ses valeurs, oui, il parle de lui, souvent « avec ses tripes » ou « avec son cœur » car il porte son entreprise, il en est le fondement.

En tant qu’entrepreneur, on peut alors facilement se mettre la pression et ne pas vouloir « se louper » que ce soit pour la création de son site web ou de son blog.

l'entrepreneur parle avec son coeur

Pour réaliser ces outils digitaux, on a, en général, l’impression de s’être déjà beaucoup livré. Oui, il faut se présenter, dire qui on est, ce qui nous fait vibrer, ce qui nous a amené à proposer telle ou telle solution, les bénéfices qu’elle va apporter, à qui… bref, se légitimer !

Viennent ensuite les réseaux sociaux et là, souvent, c’est le summum ! On créé ses comptes, parfois parce qu’il le faut bien (enfin, c’est ce qu’on se dit !) et puis les questions déferlent : qu’est-ce que je vais écrire ? Quand vais-je publier ? Et puis si j’écris, il va falloir répondre aux commentaires ? Et si je n’ai pas de commentaires ?

Entre la peur qu’il ne se passe rien et celle que tous les regards soient braqués sur soi, bonjour le stress !! Ces peurs peuvent malheureusement et facilement nous plonger dans l’immobilisme. Par crainte de mal faire, on ne fait rien et on se retrouve avec des comptes, certes, qui existent mais qui ne vivent pas ! Alors qu’on a tous plein de choses à dire, à raconter et à partager qui intéressent les gens avec qui on a vraiment envie de travailler. Si, si !

Les peurs liées aux réseaux sociaux

Pour beaucoup d’entrepreneurs, utiliser les réseaux sociaux à titre professionnel, pour développer leur activité, revient à plonger dans l’inconnu. Alors là, forcément, on se confronte à ses peurs parce qu’on ne maîtrise pas, parce qu’on tâtonne, parce qu’on découvre tout simplement et ça n’est pas toujours confortable.

Parmi celles qui reviennent souvent, j’ai noté :

  • la peur qu’il ne se passe rien,
  • la peur que « tout le monde » nous voit,
  • la peur de ne pas être intéressant,
  • la peur de se faire « happer » et que cela devienne chronophage,
  • la peur de se tromper dans les fonctionnalités,
  • la peur de recevoir un commentaire négatif et de ne pas savoir y répondre…

Il y en a sûrement d’autres mais je crois que les deux sources de stress liées aux réseaux sociaux sont clairement le temps que cela peut prendre et le regard des autres. Elles peuvent générer des émotions fortes d’autant plus quand on est sensible et que l’on prend souvent les choses « de plein fouet ». Cette prise de parole peut venir toucher à notre « identité d’entrepreneur », nous déstabiliser et nous faire tout remettre en question pour un post ! Pas mal d’entrepreneurs font « les montagnes russes » entre la montée d’adrénaline lors de la diffusion et la chute si les retours ne sont pas à la hauteur de ce qu’ils attendaient.

Si c’est ce que vous vivez, rassurez-vous, ces deux peurs peuvent se dépasser !

Quelques conseils pour se lancer sur les réseaux sociaux sans stress

Quel que soit l’outil de communication sur lequel vous allez vous exprimer, je suis sincèrement convaincue qu’il est important d’être bien ancré. Pour un entrepreneur qui souhaite se rendre visible sur les réseaux sociaux, cela veut dire : savoir pourquoi il y va et qui il veut toucher. Pour moi, ce travail est essentiel car il va vous permettre de reposer ce que j’appelle « Vos fondamentaux », de vous réapproprier votre vécu, votre parcours, votre motivation lorsque vous vous êtes lancé et de faire émerger un discours qui vous ressemble et avec lequel vous vous sentirez à l’aise et ce, peu importe le support de communication.

Grâce à cette étape vont se dessiner les thèmes sur lesquels vous êtes susceptible de prendre la parole : ceux qui vous intéressent, sur lesquels vous avez quelque chose à partager et qui vont toucher votre cible.

L’idéal est alors de vous construire un planning éditorial sur plusieurs mois, voire sur un an. L’avantage, vous pourrez anticiper tout ce qui peut l’être : des pics liés à une activité saisonnière, la participation à un événement… Bénéficier d’un planning de publications vous permettra de faire preuve de régularité dans vos diffusions et vous évitera de vous retrouver à rédiger dans l’urgence (ce qui peut parfois faire perdre ses moyens, surtout quand on a besoin de structure !) Vous pourrez aussi déterminer, à l’avance, vos types de contenus à diffuser (textes, visuels, vidéos) et planifier les temps et les ressources nécessaires à leur réalisation.

planning éditorial pour les réseaux sociaux

Disposer d’un planning vous permettra aussi d’anticiper les temps liés aux réponses aux commentaires. Quand vous posterez, vous vous assurerez que vous êtes bien disponible dans les heures et/ou les jours qui suivent votre publication. Si vous publiez et que vous partez 3 jours en formation sans regarder vos comptes, c’est dommage ! En étant à l’écoute des retours, vous aurez une source de stress en moins et puis, les algorithmes aiment bien la réactivité ! En répondant rapidement, vous aurez plus de chances d’être vu.

libérer ses peurs pour publier sur les réseaux sociaux

Dernier point : connaître ses sujets de prédilection et savoir comment les aborder grâce à une ligne éditoriale définie permet aussi de faire preuve de souplesse et de sérénité. Si vos axes de communication sont posés et que vous êtes à l’aise avec votre discours, vous pourrez facilement rebondir sur l’actualité, sur une phrase échangée avec un client et qui vous paraît une bonne idée de post ou d’article (c’est d’ailleurs ce qui a déclenché celui-ci !), partager et commenter les posts des autres tout en sachant que vous suivez votre fil conducteur.

Quand on se lance sur les réseaux sociaux, il est important d’accepter qu’on ne peut pas tout contrôler, cela fait partie du jeu. Mais vous pouvez mettre toutes les chances de votre côté pour agir sur ce qui dépend de vous. Sachez que la majorité des retours sont bienveillants et même très encourageants, surtout quand on ose dire qu’on se lance !

J’espère que ces conseils vous aideront à faire vos premiers pas sur les réseaux sociaux sans stress.

Si vous avez envie que je vous accompagne pour « poser vos fondamentaux » et élaborer votre stratégie éditoriale, consultez mon offre Personal Branding et contactez-moi. Vous aider à oser vous rendre visible, c’est ce qui me fait vibrer !

Pourquoi faire appel à un rédacteur web freelance ?

Pourquoi faire appel à un rédacteur web freelance ?

Vous avez créé un blog mais vous ne trouvez pas le temps de publier régulièrement ? Vous voulez faire évoluer les textes de votre site web mais vous avez du mal à trouver de nouvelles accroches et à prendre du recul sur ce que vous aviez déjà écrit ? Et si vous déléguiez cette mission de rédaction pour gagner en temps et en sérénité ? Découvrez dans quels cas faire appel à un rédacteur web freelance et ce que vous avez à y gagner.

Une envie : un site web ou un blog à jour et des textes qui vous ressemblent

Lorsqu’on créé son site Internet ou qu’on le fait évoluer, il nous tient à cœur qu’il nous ressemble, qu’il soit clair et efficace. Si le graphisme compte, les mots également. Ils se doivent d’être percutants afin de « toucher » notre cible.

Quand on lance son blog, on cherche à conseiller ses clients, à leur apporter des informations et des solutions. Notre cible doit se sentir assez concernée par nos écrits pour avoir envie de lire d’autres articles et d’en savoir plus sur nous.

Sans compter que l’objectif d’un site web ou d’un blog est bien entendu d’acquérir du trafic et d’améliorer nos prises de contact grâce au référencement naturel.

Or, rédiger pour le web demande du temps et des compétences que l’on n’a pas toujours quand on se lance dans un projet de site web ou de blog. Le risque : que nos supports digitaux ne vivent pas et qu’ils ne renvoient pas l’image que nous souhaitons.

Envie de faire appel à un rédacteur web freelance pour avoir un site web actualisé

Dans quels cas confier la rédaction web à un prestataire externe ?

Si vous ne pouvez pas rédiger les textes de votre site web ou de votre blog, vous pouvez déléguer ce travail à un rédacteur web externe. On ne va pas se mentir ( !), rédiger demande du temps, du calme et de la disponibilité.

Or, quand on est indépendant, dans l’effervescence de son lancement d’activité, dans une forte période de croissance ou qu’on occupe une fonction de communication dans une entreprise, on réunit rarement ces 3 éléments nécessaires à une rédaction web efficace. J’ai travaillé dans une entreprise en open space, je peux vous en parler 😉 Entre le téléphone qui sonne et les allers et venues des collègues, le climat n’est pas vraiment propice à la concentration !

Concrètement, voici plusieurs situations qui peuvent faire pencher la balance et vous décider à confier une mission de rédaction web à un freelance :

 

Dans une TPE ou une PME

  •  Vous n’avez pas de ressource en interne, dédiée à la communication. Les missions liées à votre visibilité et à la gestion de vos outils web sont réparties entre différents collaborateurs. Cela fonctionne mais pas question de leur en ajouter une de plus, surtout si elle demande de se former à des compétences techniques et qu’elle les mobilise trop longtemps et trop régulièrement. Vous avez besoin de leurs compétences clés sur d’autres sujets.
  • La personne en charge de la communication n’a pas le temps de rédiger. Missionnée sur des sujets très opérationnels, dans l’interaction constante avec les différentes équipes, vous vous rendez compte, à la longue, qu’il lui est difficile de prendre régulièrement entre 2 et 4 heures pour écrire un article de blog ou remanier les textes du site Internet. Oui, suivant la taille du texte, la complexité du sujet et les échanges nécessaires pour obtenir les informations importantes, la rédaction web peut demander beaucoup de temps. Et puis, difficile pour elle de s’isoler sans être interrompue ! Je peux vous dire à quel point cela rallonge le temps d’écriture 😉

Si vous êtes indépendant

  • En plein lancement de votre nouvelle activité, vous avez trouvé un prestataire pour créer votre site (à moins que vous ne le fassiez vous-même) et il va bien falloir le remplir avec vos textes ! Vous avez des idées, des axes de communication définis mais entre ce que vous avez dans la tête et ce que vous allez devoir coucher sur le papier, vous avez l’impression que vous allez faire le grand écart 😉 Vous êtes bien conscient qu’il va falloir vous poser pour rédiger mais vous avez du mal à vous organiser et à prendre ce temps. Vous préférez être dans l’action ! Sans compter que la rédaction de textes optimisés pour le référencement naturel, ce n’est pas vraiment votre truc ! Or, vous êtes conscient, là aussi, qu’il ne faut pas négliger cet aspect si vous voulez obtenir du trafic ciblé sur votre site web ou votre blog.
  • Lancé depuis un moment, vous connaissez un pic d’activité. Super, tous vos efforts et notamment le temps que vous avez passé jusqu’à maintenant à écrire vos articles vous-même portent leurs fruits. Désormais, vous avez envie de vous concentrer sur votre coeur de métier et vous vous verriez bien déléguer la rédaction de vos articles de blog. Ce qui vous pose question : pourrais-je trouver quelqu’un qui maîtrise mon sujet, qui va être capable de me comprendre et de produire des articles dans lesquels je me reconnais ?

Rédacteur web, un métier qui allie compétences techniques et empathie

Externaliser la rédaction de son site web ou de son blog n’est pas toujours facile. On peut effectivement se demander si le rédacteur externe à l’entreprise ou ne travaillant pas au quotidien avec nous sera capable de s’approprier les sujets et de les retranscrire dans un langage qui touchera nos clients tout en respectant nos valeurs et notre image. Au-delà du SEO (qui est la base, soyons clair !), c’est justement tout l’enjeu d’une mission de rédaction web !

Un objectif : gagner du trafic grâce à des textes optimisés SEO

 On vous l’a dit, si vous créez un site ou que vous lancez un blog, c’est pour donner de la visibilité et de la crédibilité à votre activité mais surtout pour obtenir un trafic qualifié.

L’objectif, à travers la rédaction web, est bien de vous positionner sur des mots clés recherchés par votre cible et plus particulièrement ceux qui ne vous connaissent pas encore. Ceux qui vous connaissent vont plutôt taper votre nom ou celui de votre entreprise et vous trouver par ce biais-là (à condition que vous soyez bien référencé sur ces mots-là, bien entendu !)

rédiger pour google

Techniquement, il est donc essentiel que le rédacteur web freelance à qui vous allez confier cette mission maîtrise les règles qui régissent le référencement naturel, également appelé SEO (Search Engine Optimization). Il doit aussi avoir une excellente maîtrise de la langue française, de ces différents niveaux de langage et de l’orthographe (pourvu que j’ai bien relu mon article 😉 ! Les contenus qu’il va rédiger pour vous devront donc plaire à Google mais aussi aux internautes.

rédiger pour le web et trouver les bons mots

Les bons mots : une clé de contact pour entrer en relation

Pour moi, c’est là que se fait la différence. Rédiger pour le compte de quelqu’un d’autre, c’est comprendre qui il est, ce qu’il fait, ce qu’il a envie de transmettre et surtout à qui il s’adresse.

Le travail sur la cible, lors de la définition de la stratégie éditoriale, est alors primordial car le rédacteur web doit être capable de se mettre à la place des clients de son client, à la place de l’utilisateur final. Il est essentiel de comprendre ce qu’il vit, ce qu’il ressent, ce qu’il a envie d’apprendre pour choisir le bon ton, le bon langage, les bons mots.

Aux compétences techniques, je pense que s’associe donc une capacité d’écoute et d’empathie pour réussir à se centrer sur l’utilisateur, à lui parler de lui plutôt que de l’entreprise elle-même ou des produits. En s’imprégnant à la fois de la cible et de vous, le rédacteur web va pouvoir trouver les mots justes, ceux qui véhiculent l’émotion dans laquelle la cible se reconnait tout en exprimant votre pensée sans la dénaturer.

L’intérêt de confier la rédaction web à un freelance

Si vous êtes dans l’un des cas que j’ai décrits, faire appel à un rédacteur web freelance vous permettra tout d’abord d’avoir un site web ou un blog à jour, qui reflète le dynamisme de votre activité et votre image.

En déterminant, à l’avance, un planning éditorial et une fréquence de publication avec le rédacteur, vous serez sûr de pouvoir diffuser des contenus régulièrement. En planifiant vos articles, vous anticipez votre communication et vous n’êtes plus dans l’urgence. Quoi de plus difficile que de trouver les mots justes quand on n’arrive pas à se poser pour écrire !

L’avantage, c’est qu’un rédacteur web est un expert dans son domaine. Il maîtrise la technique de rédaction optimisée seo mais il a aussi un processus bien rodé. Il peut vous guider, fixer avec vous la date à laquelle vous faites le brief ou à laquelle vous devez lui envoyer des infos. S’il connait bien votre secteur d’activité, il peut aussi faire de la veille et collecter des informations en toute autonomie. Il est aussi capable de réaliser des interviews pour votre compte suivant son profil (pour moi, c’est le cas et j’adore ça !)

Rédiger pour vos clients finaux implique que le prestataire en charge de la rédaction web est capable de prendre du recul (que vous n’avez pas toujours et c’est normal !) et de vulgariser l’information (un point essentiel dans beaucoup de métiers techniques). Il saura garder en vue l’objectif de référencement naturel tout en sachant que vous serez amené à partager vos articles sur les réseaux sociaux ou dans une newsletter. Il doit écrire pour Google mais pas que !

En tant que freelance, il est votre unique interlocuteur. Pas d’intermédiaire qui reçoit les infos, elles ont donc moins de chances de se perdre ou de se déformer. Vous savez quand vous recevez votre article pour l’intégrer ou le publier. Bref, vous pouvez vous organiser, vous concentrer sur votre coeur de métier et respirer !

Vous avez envie de déléguer la rédaction de vos articles de blog ou celle des pages de votre site web ? Contactez-moi pour échanger sur votre projet.